mercredi 5 avril 2017

le laconisme du bien (poème)

Le laconisme du bien

            Pour Guillaume,

Les assauts en retour
Les violences soudaines
Les perfides butins
Le serpent de la douleur
Son étrange venin
Nous font vils et mesquins
Avares de nos paroles
Laconisme du bien

En ce rêve
La mort incarnée
Est un homme
Au visage glabre
D’une quarantaine d’années
Habillé comme un escroc
Fleur rouge piquée

Nos rêves aussi
Sont tissus de clichés
La foule est si dense
Jusqu’à l’insensé
C’est jour de marché
Et l’homme la mort
Se fraie un passage –

Un brusque sursaut balaie
Tous ces enfantillages

La mort n’est pas
Un personnage

Mais la frayeur intacte
Accompagne longtemps



mercredi 29 mars 2017

l'île mystérieuse



                                                            Maurice Blanchot lisant L'Ile mystérieuse.



Source : France Culture, Les Chemins de la philosophie, émission du 2 mars 2017


           

mercredi 22 mars 2017

la froideur énigmatique (poème)

La froideur énigmatique


Le sommeil de l’imagination
Est un sommeil hébété

Ne laisse pas ton regard accroché
Aux branches des choses vues

Si d’aventure tu es confronté
À la froideur énigmatique

Songe à l’enfant venu avec le vent
Et reconduit à la frontière

------------------------------

N’oublie pas l’étrangeté de la douleur
Les congères du malheur humain

Ne sois pas un témoin docile

Prononce si tu peux
Des paroles de miséricorde

Sors des prisons de ta pensée
Des impasses de l’intelligence dévoyée

Lézarde l’indifférence historique

Extrais-toi de l’armure
Retrouve la sensation perdue

Souviens-toi du présent
Laisse éclore les images

À cette condition seulement
Peut-être te réveilleras-tu ?









samedi 18 mars 2017

le gosse de Belfast (traduction du groupe Simple Minds)

Le gosse de Belfast

La chanson des Simple Minds se trouve sur l’album Street fighting years (1989). La mélodie de la chanson est reprise d’un air folklorique irlandais, She moved through the fair. Les paroles évoquent le conflit nord-irlandais.

                                                                       Pour mon frère, ancien fan des Simples d’esprit

Mon amour m’a dit
Viens me retrouver près de l’arbre de potence
J’apporte de bien tristes nouvelles
Au sujet de cette vieille ville et de ses souffrances
Certains disent que les problèmes abondent
Et qu’un jour prochain ils conduiront la vieille ville à sa perte…

Un jour nous reviendrons ici
Quand le gosse de Belfast aura recommencé de chanter

Mes frères, mes sœurs, où êtes-vous à présent ?
Je vous cherche en vain dans la foule
J’ai passé toute ma vie ici
Guidé par ma foi en Dieu, l’Eglise et le Gouvernement
Mais tout déborde de tristesse
Un jour prochain ils conduiront la vieille ville à sa perte…

Certains reviennent, Billy, pourquoi ne reviens-tu pas ?
Et toi Mary, reviens, tu es partie depuis si longtemps
Les rues sont vides, et ta mère est morte
Les gamines pleurent, cela dure depuis si longtemps…
N’entendez-vous pas les appels de vos pères ?
Ne reviendrez-vous pas, ne reviendrez-vous pas ?

Mais revenez donc tous ! Vous êtes partis depuis si longtemps !
La guerre fait rage sur l’île d’Emerald
C’est de la chair et du sang humains toute cette chair et ce sang
Les gamines pleurent, mais tout n’est pas perdu…
Les rues sont vides, les rues sont froides
Ne reviendrez-vous pas, ne reviendrez-vous pas ?

Les rues sont vides
La vie continue

Un jour nous reviendrons ici
Quand le gosse de Belfast aura recommencé de chanter




Pour écouter la chanson 

https://youtu.be/7vhhTvcLoRw

après les rudes combats du jour (à partir un dessin d'Eric Doussin)

Après les rudes combats du jour


Le désir est un paysage
Disait un philosophe

Le désir du soldat
Se matérialise
Au cœur des ténèbres
Comme une épiphanie
Une vision de rêve
Un mirage dans le désert

Pieds nus
Empreintes légères
Une belle jeune femme
Cheveux aux vents
Semble danser
Avec un doux balancement

Les rondeurs généreuses
De cette moderne Vénus
Sont une ultime tentation

Mais le soldat harnaché
Dans son lourd équipement
Stoïque et impuissant
Après les rudes combats du jour
Laisse son rêve s´enfuir
S´éloigner son désir…